Pourquoi j’ai tué Pierre

    Pourquoi j'ai tué Pierre

     

    AGENDA

    2016

    Me 24 février 20H00Ferme du Biéreau LLN

    Je 25 février  19h30 – TP – La Halte Liège

    Ve 26 février 9H45 SC et 13h30 – TP La Halte Liège

    Sa 27 février 19H30 – TP La Halte Liège

    Ma 1er et  me 2 mars – 3 SC – Centre culturel Régional du Centre la Louvière

    Ma 8 mars – 10H00 et 13H50 – 2 SC – Salle des Trétreaux – rue de la Chinstrée – 4600 Visé

    Je 14 avril – 14H00 – 1 SC CC Chênée

    En 2015, Ils ont joué:
    Fabrique de Théâtre
    CC Beauraing

    CC Verviers
    La Cité Miroir – Liège
    CC Ciney

    CC Eghezée
    CC Marche
    CC Athus-Aubange
    CC Colfontaine

    CC Nivelles

    CC Mouscron

    CC Hannut
    CC Perwez

    Maison de la Culture de Tournai

    CCR La Louvière
    CC Andenne
    CC Ottignies

    Culture Commune

    CC Theux
    Festival de Spa

     

     

    CONTACT

    Compagnie
    Emmanuelle Greindl 
    081 85 63 74
    0476 28 39 84

    Technique
    Simon Renquin
    0497 49 35 50

     

    PRO

    IMG_0555b
    C’est par ici !

     

    DISTRIBUTION 

    Spectacle de la compagnie
    Transhumance d’après la bande
    dessinée d’Olivier Ka et Alfred
    parue aux Editions Delcourt
    © 2006

    Avec
    Sylvain Daï
    Julie Duroisin
    François-Michel van der Rest

    Adaptation et mise en scène
    Jean Vangeebergen

    Décor et costumes
    Pascale Fichers

    Musique
    José Gioé

    Régie son et lumières
    Simon Renquin

    Photographies
    Florent Baugnet
    Nicolas Bomal
    Valérie Burton

     

    L’HISTOIRE

    Olivier est un garçon sans histoires. Elevé dans une ambiance baba-cool au sein d’un milieu libertaire et permissif, c’est un enfant peu farouche. A douze ans il part en colonie de vacances. Là, Pierre, un curé drôle et sympa avec qui il s’est lié d’amitié, lui demandera de toucher son corps. Cet événement marquera profondément son existence.
    A 35 ans, avec son ami Alfred, Olivier décide de relater son histoire. Ils créent une bande dessinée. Ce sera un magnifique outil de reconstruction et de résilience, et cette bd obtiendra deux prix au Festival d’Angoulême en 2007, dont celui du public.
    Aujourd’hui, ce récit a été adapté pour la scène. Il a reçu un « coup de coeur de la presse » aux rencontres théâtrales de Huy en 2013 et est nominé aux Prix de la critique 2014.

    Il est grand temps d’écrire cette histoire.
    Entièrement.
    depuis le début.
    Il n’y a rien d’autre à faire pour m’en débarrasser.
    C’est tout aussi efficace qu’une psychanalyse et ça me fait faire des putains d’économies.

    LES ALENTOURS

    Pourquoi j’ai tué Pierre est donc initialement une bande dessinée réalisée par Alfred (dessin) et Olivier Ka (scénario). Elle a reçu le Prix Essentiel et le Prix du Public à Angoulême en 2007. Elle est aujourd’hui traduite en plusieurs langues mais n’avait encore jamais été adaptée pour le théâtre professionnel.

    bd3

    Il est question dans cette histoire de relation, d’identité, de cultures familiales, de sexualité, de trahison. De ce qui compose les contours de soi, de ce qui les dilue.

    Rassembler les fragments d’une existence pour recomposer l’histoire de soi, c’est aussi toujours brosser l’histoire d’une époque. En arrière-plan du récit d’Olivier Ka, qui est puissamment centré sur le narrateur lui-même, sa chute, sa crise et sa délivrance, on trouve ainsi une autre chute, une autre crise : celle de l’époque et de la génération qui ont rendu possible son histoire personnelle.

    LA PRESSE

    Si la pièce envoûte à ce point, c’est qu’elle est portée par une mise en scène diablement construite. Jean Vangeebergen a la bonne idée d’éclater le monologue du jeune garçon en trois comédiens, Julie Duroisin, François-Michel van der Rest et Sylvain Daï, tous excellents. Du coup, l’histoire rebondit sans relâche…
    Catherine Makereel – Le Soir

    On ne perd pas une miette de la pièce (mise en scène par Jean Vangeebergen), qui, par l’alternance dynamique des acteurs (Julie Duroisin, François-Michel van der Rest et Sylvain Daï), son rythme soutenu, son langage acéré, le travail rigoureux des déplacements, des postures, nous fait penser à une vibrante partition musicale à trois voix. Aborder la pédophilie nest pas chose facile. Ce témoignage authentique (Olivier Ka), drôle et poignant, est rendu avec une telle force artistique, une telle vérité de jeu, que la délicatesse, la pudeur et la sobriété prennent le dessus. Au dela du fait particulier, c’est de toutes les blessures rencontrées que ce spectacle nous parle. Comment elles conditionnent toute une vie, comment on peut s’en relever. Juste, honnête et puissant.
    Sarah Colasse – Le Ligueur

    …Tiraillé entre des grands­-parents catholiques et des parents baba cools, Olivier admire Pierre, le curé gauchiste, l’ami de ses parents, l’idole idéale, qui l’emmènera en colo, puis lui demandera de lui masser le ventre pour l’aider à s’endormir… Poignant, jamais pesant, le récit s’octroie même quelques notes d’humour et chansonnettes chronologiques dans une mise en scène scandée de Jean Vangeerbergen et une interprétation à trois voix de Julie Duroisin, François­-Michel van der Rest et Sylvain Daï, excellents comédiens dévoués à leur texte
    Laurence Bertels – La libre Belgique

    ET UN CARNET PEDAGOGIQUE

    carnet_site

    Nous n’allons pas en faire toute une histoire mais quand même… ce carnet pédagogique, c’est la petite histoire d’une équipe.

    D’un metteur en scène qui, frappé par la musicalité d’une bédé, a souhaité en faire un voyage théâtral, et de deux auteurs qui ont accepté de nous céder leur oeuvre pour un instant.

    Des acteurs de l’enseignement provincial qui ont engagé leurs compétences pour faire de ce carnet un outil ludique à la portée de tous les publics, des acteurs sociaux qui ont cru à une passerelle possible entre des langages artistiques et des préoccupations sociales, des acteurs culturels qui ont parié sur le bien-fondé de l’aventure et enfin des acteurs « tout court » qui vont tenter de relever un défi : faire exister cette histoire sur le plateau du théâtre.

    Nous espérons que vous serez sensibles, touchés, nostalgiques, révoltés, amusés, offusqués, tristes ou … bref, que vous ne serez pas indifférents aux multiples histoires de Pourquoi j’ai tué Pierre !

     



    RENCONTRE AVEC OLIVIER

    Nous pouvons aussi vous proposer
    un lien vers une captation du spectacle.
    Contactez-nous

     

    SPECTACLE

    Reconnu Art et Vie et Théâtre à l’école.
    Jauge : 200 max.
    Age : tout public à partir de 14 ans
    Durée : 1H15 

     

    SOUTIENS

    Province de Liège
    Centre culturel du Brabant Wallon
    Editions Delcourt
    Fédération Wallonie-Bruxelles

     

    REMERCIEMENTS

    Olivier Ka et Alfred
    La courte échelle
    Françoise-Louis Morin
    Bruno De Valkeneer
    Jean Dufour
    Carole Cuelenaere
    Fabian Nicolaï
    Pierre Crispin
    Dominique Denis